Domaine du bon repos

royaumes renaissants
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cimetiere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tiamarys
Baronne
Baronne
avatar

Nombre de messages : 1164
Age : 44
Localisation : Fief d'Aubiat ou cief de Bellecombe
Date d'inscription : 24/01/2009

MessageSujet: Le cimetiere   Ven 21 Mai - 17:56



Le départ était imminent, tout était prèt, les enfants l'attendaient déjà dans le coche...Mais elle ne pouvait pas partir sans dire au revoir à son époux.
Elle traversa le cimetière en frissonnant.
La soirée était fraiche et la Dame d'Aubiat s'était enveloppée dans sa cape, Ombre la suivait docilement comme à son habitude. Le chien avait grandit depuis que son frère jef lui avait offert pour ses noces.
Elle avait l'impression parfois que c'était hier.



Elle s'approcha de la stèle et s'agenouilla, effleurant du bout des doigts la pierre froide et impersonnelle.

Mon coeur...Je viens te dire au revoir...
Je pars quelque temps avec les enfants. J'ai besoin de m'éloigner de toi mon amour, besoin d'apprendre à vivre sans toi. C'est si dur...Le manque est total.
J'avais tant besoin de toi, de ton amour, de ta présence...Mais je dois vivre, je dois avancer et je ne peux pas en restant ici. J'ai besoin de m'éloigner quelque temps.


Elle embrassa le bout de ses doigts avant de les poser sur la pierre.

Je t'aime mon coeur, rien ni personne ne pourra m'enlever ça, mais tu n'es plus là...Tu m'a abandonné...

Tia se mordit les lèvres pour ne pas pleurer. Sentant les larmes perler sous ses cils elle se releva

Je reviendrais bientôt mon amour, de toutes façons tu es toujours dans mon coeur.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Clémence

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Le cimetiere   Mer 18 Aoû - 19:57


Dieu que ses jambes étaient lourdes soudain...
Le portail du cimetière lui semblait si loin...

Clémence regarda ses mains qui tremblaient. Sa nervosité était à son comble.
Elle se revoyait dix ans plus tôt, criant, hurlant après Aistote pour qui lui rende son père.
Mais elle n'avait pas écouté.
Elle avait passé des heures cachée entre les stèles à pleurer et à parler à son père, jusqu'au jour où Berthelot l'avait découverte.
Il avait tout raconté et elle se souvenait du visage de sa mère quand elle était venue la chercher.

Le soir même, ils partaient tous en voyage dans le sud du royaume. Au retour, les malles avaient été faite pour le couvent.
Elle n'avait plus jamais repoussé les grilles du cimetière familial. Un mutisme sauvage l'avait alors atteinte et elle ne voulait plus y penser.

En entrant, elle vit tout d'abord la stèle de l'oncle Marcus...Cet oncle que ses frère et soeur n'avaient pas connu non plus. C'était le frère de leur mère, il était mort bien des années plus tôt sur les routes du royaume attaqué par des brigands.
A côté se trouvait la dernière demeure de Judith...La meilleure amie de leur mère, fiancée de Marcus qui n'avait suporté la douleur du deuil et qui s'était laissé mourir après la naissance de Mathilde, leur fille.

Mathilde...Cette cousine, qu'elle n'avait pas connu. Elle avait périe suite à une blessure reçue pendant la guerre de Bretagne. Là où leurs parents s'étaient aimés.
Elle n'était guère plus agée qu'elle. 17 ans lui avait dit leur mère.

Elle ne regarda pas les stèles plus anciennes, se focalisant sur la plus récente, celle qui lui faisait encore verser des torrents de larmes.

Le coeur battant à lui faire mal, elle se laissa tomber sur la grève. Tout était entretenu, trop propret, trop net.
Elle aurait crié si elle avait osé.

Oh papa...Me voilà de retour...
Les années passent mais tu me manques toujours autant.
Je n'ose en parler à maman, je sais que son chagrin est toujours présent. Il n'y a guère qu'a Auréa et Arnaut a qui je puis me confier.
Comme tu le vois, je suis devenue une jeune filla accomplie!
Mais tu ne seras pas là pour faire fuir nos soupirants à Auréa et moi.
Que dirais tu des amours d'Arnaut?
Oh papa tu me manques tellement..


La nuit commençait à tomber et Clémence frissonna.

Décidément, je n'aime pas cet endroit...

Remontant ses jupons pour courir plus vite, elle se hâta de regagner le domaine. Bêtement, elle avait l'impression que quelque chose la regardait derrière les grands arbres.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaut.du.Perray

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 25
Localisation : Sur les routes.
Date d'inscription : 11/02/2010

Feuille de personnage
Titre:

MessageSujet: Re: Le cimetiere   Mer 18 Aoû - 23:23

Le jeune homme se rendit au cimetière, lieu qui le faisait frissoner, mais aussi c'était le lieu ou son père était entérré.
Alors lorsqu'il trouva la bonne tombe, le jeune homme se mit a genoux et pleura de tout son corps.


Papa.....pourquoi être parti....j'ai encore besoin de toi, j'ai tant de question auquelles toi suel peut répondre, j'ai besoin des conseils de quelqu'un qui a tout réussit comme ca, j'ai besoin d'une présence masculine, pourquoi as tu repondu a l'appel d'Aristote..
Maman est triste de ca, tu nous as tous rendu malheureux, pourquoi.......


Arnaut resta ainsi longtemps, méditant sur tout ce qu'il avait apprit, fait et surtout, tout ce qui lui restait encore a accomplir..
Revenir en haut Aller en bas
Clémence

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Le cimetiere   Lun 30 Aoû - 16:08

L'air s'était rafraichit. On sentait déjà les prémices de l'automne...Encore une saison qui s'achevait.

Clémence s'était enveloppée sans un large châle et marchait d'un bon pas vers le cimetière. Elle tenait à la main plusieurs bouquets. Elle avait ceuillit les fleurs dans le jardin, se cachant pour ne pas subir les foudres du jardinier.

Elle posa un bouquet sur la tombe de son oncle, de sa tante et de sa cousine, puis se dirigea le coeur battant vers la stèle de son père.

Elle s'y agenouilla et posa le bouquet de roses blanches

Voilà pour toi papa...
Il n'y a pas un jour où je ne pense à toi.
Comme j'aimerai que tu vois la jeune fille que je suis maintenant.
Que tu vois Auréa, Arnaut et sa douce.

Oh papa, tu me manques tant...


Elle se leva, brossa sa robe et quitta le cimetière.
Ses visites à son père lui faisaient du bien, elle se sentait toujours plus forte après.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaut.du.Perray

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 25
Localisation : Sur les routes.
Date d'inscription : 11/02/2010

Feuille de personnage
Titre:

MessageSujet: Re: Le cimetiere   Mar 5 Oct - 14:28

Cela faisait quelques temps qu'Arnaut n'avait pas mis les pieds au cimetière, et aujourd'hui il le faisait, car un besoin de lui parler était entrain de s'installer, et il avait besoin de lui parler a lui, et pria pour que son père l'entende...

Le jeune homme marcha lentement parmis les tombes, et arriva a celle de son père, et il y déposa le bouquet qu'il avait choisi pour lui...




Arnaut se mit a genoux, et parla a voix basse, bien qu'il eut l'impression que sa voix était amplifié en ce lieux...

Papa...aujourd'hui plus qu'avant j'ai besoin de toi, maman va mal...elle est si malheureuse...plus rien ne va pour elle et n'affronte que deception et j'en passe....
Papa, aujourd'hui c'est un jeune homme grandit qui vient te voir....je ne peux veiller correctement sur elle, s'il te plais, de la haut fais quelque chose pour qu'elle puisse retrouver le sourire qu'elle avait avant....
Papa, sache que j'ai grandit, et murit, assez pour prendre une femme merveilleuse comme épouse, Silanie, une vrai merveille, tu l'aurais adoré j'en suis sur, la date n'est pas définis, mais nous nous marrierons....je tenais a te le dire, et papa....veille bien sur maman de la haut...


Arnaut se releva, et resta un moment devant la tombe, silencieux..puis repartis.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaut.du.Perray

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 25
Localisation : Sur les routes.
Date d'inscription : 11/02/2010

Feuille de personnage
Titre:

MessageSujet: Re: Le cimetiere   Mar 23 Nov - 16:09

Après la messe prononcé par la Chapelaine, Arnaut était aller au cimetière, rendre visite a son père.
Il ne prononça aucune parole, aucun son ne sortit de sa bouche, mais seulement des larmes.
Le jeune homme déposa le bouquet de fleur sur la tombe, et se mit a genoux,profitant du calme qui regner en maître ici..




Dans le froid et le silence, Arnaut pria silencieusement, le regard rivé sur la tombe..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cimetiere   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cimetiere
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cimetiere marin
» recup cimetiere
» dipladénia, vous en faites quoi ?
» kalankoé
» Dipladénia sans fleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine du bon repos :: cimetière-
Sauter vers: