Domaine du bon repos

royaumes renaissants
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Essai théologique sur la force des sentiments par Desmonia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Desmonia

avatar

Nombre de messages : 77
Localisation : Champagne et domaine d'Aubiat
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Essai théologique sur la force des sentiments par Desmonia   Dim 21 Nov - 12:11

Citation :
La force des sentiments

Au commencement, il n'y avait que Dieu.
Dieu réunit alors tout l’amour qu’Il avait en Lui.
Il en fit l’esprit, qui ne pouvait être ni touché, ni vu, ni senti, ni goûté, ni entendu, car il était différent de la matière.
L’esprit contenait l’intelligence, composée de la raison et des sentiments.
Dieu y en avait mis le plus de Lui-même: la capacité de choisir et celle de ressentir.
Le Très Haut associa la matière à l’esprit, pour que ce dernier puisse exister en harmonie avec le monde, et nomma le tout “vie”.

Dieu est perfection, mais ses créatures, elles sont imparfaites.
La nature profonde de l'Homme est l'égoïsme, l'envie, la vindicte et la jalousie.
Si Dieu est Amour, il n'en est pas toujours pareil de ses créatures.


Citation :
De la lueur céleste, une voix grave, pénétrante, mais douce et sereine se fit entendre. Alors, la voix dit: “Ecoutez-Moi, vous que J’ai conçu, car Je suis votre Dieu. Sans Moi, vous n'existeriez pas, et à Moi, vous devez fidélité.”

Dieu ajouta: “Nombre d’entre vous se disent Mes préférés, mais jamais Je n’ai jusqu’alors donné de préférence quelque créature que ce soit. Alors, le temps est venu que Je change cela. Le temps est venu que Je fasse un choix parmi Mes créatures. Le temps est venu que Je nomme une espèce parmi vous “Mes enfants”. Pour faire ce choix, Je vais vous poser une unique question.”

Dieu leur demanda donc: “Vous vivez grâce à Moi, car Je suis votre créateur. Vous vous nourrissez, vous vous reproduisez, vous élevez votre progéniture. Mais vous ne savez pas pourquoi vous vivez. Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie?”.

La plupart des créatures ne surent que répondre. Elles se regardaient les unes les autres, espérant trouver chez leurs voisines la réponse à cette bien étrange question. On pouvait observer un poisson rester béat, ne sachant que dire, un cheval frottant le sol de ses sabots, un chêne se courbant, cherchant désespérément la réponse à ses racines, et même une colombe se grattant la tête en signe de réflexion.

Mais l’une d’entre elles s’avança. Elle semblait sûre d’elle et de sa réponse. Toutes les autres espèces lui ouvrirent le passage et, bientôt, un espace se dégagea autour d’elle. Elle leva les yeux vers Dieu, mais son regard était plein de suffisance. Elle répondit: “Tu as fait les créatures animées par le besoin de se nourrir. Tu as fait les forts capables de dévorer les faibles. Sans conteste, il s’agit donc d’assurer la domination du fort sur le faible!”.

Elle ajouta: “J’en veux pour preuve que je suis le dernier représentant de mon espèce.
Seul le plus fort a survécu parmi les miens! Si Tu me nommes “Ton enfant”, je saurai Te montrer qui, de toutes créatures, doit dominer le monde.”

Elle attendit que Dieu la félicite pour sa réponse, mais en vain. Car Il ne lui répondit pas.

saint Spyosu

En effet, c'est que l'on nomme communément "instinct de survie". La créature se croit suppérieure aux autres et veut dominer à travers l'Amour de Dieu.
Elle parle de survie, affirme être le dernier représentant de son espèce. Vérité ou mensonge pour convaincre Dieu.
Pour elle, une espèce qui ne donnerait pas la priorité à sa survie serait vouée à disparaître, l'égoïsme apparaît ici comme naturel et indispensable.

Ainsi, l'égoïsme n'est que la volonté de favoriser sa propre existence, et non pas un défaut, un vice, puisque il est inhérent à la nature même de l'Homme, comme pour tout être vivant.

Citation :
Dieu ne répondit pas à la créature qui avait fait l’apologie de la domination du fort par le faible.

Il se tourna vers un groupe de créatures. C’était justement celui qui faisait partie de l’espèce humaine et qui avait parcouru le monde. Dieu savait que ce groupe se croyait rejeté par Lui. Ces humains pensaient être privés de tout talent. Ils estimaient être mis à l’écart de la création du fait de leur prétendue infériorité. Mais, parmi eux, l’humain qui portait le nom d’Oane détenait, sans en être sûr, la réponse à la question posée par le Très Haut.

Car Oane doutait. Il regardait souvent les étoiles, espérant voir Dieu. Il aimait le Très Haut d’un amour sincère, mais ne savait pas si cela était le véritable sens de la vie. Il voulait bien donner sa réponse, mais il était considéré comme faible d’esprit par son groupe et personne ne voulait le laisser parler. Mais Dieu était omnipotent. Il avait écouté le groupe d’humains se plaindre. Mais surtout, Il avait perçu l’amour et le doute dans le coeur d’Oane.

Alors, depuis le ciel, un rayon de lumière se fit et vint nimber Oane. Toutes les créatures furent ébahies, admirant la douce lumière qui auréolait l’humain. Elles s’écartèrent alors, le laissant seul face à Dieu. Il contempla son corps enluminé d’un regard plein de curiosité. Puis il se tourna vers les membres de son groupe. Pour la première fois de sa vie, il put voir dans leur regard non pas du mépris mais du respect.

Et Dieu lui demanda: “Et toi, l’humain, n’as-tu rien à Me répondre? J’ai ici convoqué toute Ma création pour trouver celui qui donnera la juste réponse à Ma question. Tu es venu et tu n’as pas répondu. Alors, maintenant, Je te somme de le faire!”. Alors, Oane, terrifié par le ton sévère de son créateur, leva les yeux vers Lui et, d’un ton hésitant, dit: “Mais, ô Très Haut, je ne sais si ma réponse est juste...”. Et Dieu lui ordonna: “Parle et je te le dirai!”.

Alors, Oane répondit: “Tu as certes fait Tes créatures se nourrissant les unes des autres. Il leur faut chasser et tuer pour se nourrir. De même, il leur faut se battre pour défendre sa vie. Mais il n’y a pas de fort ni de faible. Personne ne rabaisse ni ne piétine les autres. Nous sommes tous unis dans la vie et nous sommes tous Tes humbles serviteurs. Car Tu es notre créateur.”

“C’est pour cela que Tu as donné des talents plus beaux les uns que les autres à toutes Tes créatures. Chacune d’elles a sa place dans Ta création. Son talent permet à chacune d’elles de la trouver. De ce fait, il n’y a pas de créature préférée de Toi, ô Très Haut. Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a créé alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste.”

“Nous sommes certes enchaînées à la matière, certes soumis à ses lois, mais notre but est de tendre vers Toi, l’Esprit Éternel et Parfait. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour.” Alors Dieu dit: “Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer tes semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes.

sainte Spyosu

On comprend beaucoup de ce texte.
Tout d'abord, il ne faut pas mettre l'amour et l'amitié en compétition, car ils sont complémentaires.
On peut favoriser un glissement de l'amour vers l'amitié, l'un n'empêchant pas l'autre, voire même enrichir l'amitié par de l'amour.
Il est à noter que la notion d'amour peut regrouper à la fois l'amour de base et l'amitié.
C'est cette addition procréatrice et solidarisante d'un couple qui est considérée comme normale, et qui est célébrée par le mariage.

Les deux sont complémentaires, et le besoin d'affection et de compréfenison de l'homme est énorme.
Il est bon de savoir placer ses sentiments dans le bon contexte.
L'ami doit être de bons conseils et oeuvrer pour le bonheur de l'autre, mais ceci vaut également dans le couple.
Une relation harmonieuse doit être équilibrée et ne pas se placer dans une relation dominant/dominé.

Les deux doivent être sincères et partagées. Un climat de confiance doit régner entre les deux.
Nul ne doit imposer à l'autre ses peurs ou ses envies.
L'ami doit être conseiller et non moralisateur. Il doit écouter et comprendre l'autre.

La véritable amitié se reconnait dans les différences des uns et des autres.
Quelle gloire serait l'amitié si il n'y avait pas compréhension de part et autre.
Car l'amitié est une gloire.
Celle de laisser de côtés ses intérêts personnels et ses convictions pour comprendre l'autre.

Reproches et morales ne sont pas le ciment de l'amitié.
Peut on reprocher à Dieu tous les maux de la terre alors qu'Il ne tend qu'à nous aider?
Non
Reproche t-on à un ami ses choix et ses convictions si lui est heureux?
Non, sinon nous retombons dans le notion d'égoïsme et de jalousie.

L'envie n'est elle pas l'un des 7 péchés?
L'archange Michel ne lutte t-il pas contre Satan à ce sujet?
l'archange prône l'amour et l'amitié. Il lutte contre l'envie et la jalousie.

Citation :
Dieu ne pouvant tolérer de ses enfants mettent fin à leur vie fit savoir au patriarche par l’intermédiaire d’un messager céleste que ce n’était pas à l’enfant de choisir le jour où il rejoindrait son créateur. Il ordonna donc que s’ils l’aiment et avaient foi en lui ils abattraient de grands arbres et feraient une palissade autour du rocher. Une fois fait, ils ferraient un grand festin et allumeraient un feu au sommet du rocher pour que Saathan connaissent leur position.

Ainsi fut fait et sept jours plus tard la palissade finie, le feu fut allumé. Au matin ils virent les troupes de Saathant entourer le rocher et commencer à s’attaquer à la fragile protection du rocher. A l’aide de pierre et de lances, les fidèles se préparaient à se battre puisque tel était la volonté de Dieu. Alors que, à l'endroit même où le feu avait été allumé, un ange vêtu d’une armure et portant une lance et un bouclier apparu… Il ne dit pas un mot mais tous les fidèles surent qui il était.

L’archange Michel lança son arme vers l’horizon qui sembla se lever vers les cieux et avancer vers le rocher comme un mur de chevaux au galop, ce mur emporta tout sur son passage mais ne détruisit par la faible palissade. Les troupes de Saathan furent englouties et quand la mer se retira, elle avait fait du rocher une île entourée de sable mouvant où finissait de s'enfoncer l’armée vaincue par la foi des fidèles.

Pour conclure, nous pouvons en déduire que les sentiments qu'ils soient d'Amour ou d'Amitié ne sont pas simple.
Que la tolérance est primordiale.
Qu'il faut l'apprendre et l'entretenir pour préserver de bons rapports, avec les autres mais aussi et avant tout avec le créateur.

Dieu est Amour
Et les hommes?


Textes utilisés

- Livre des vertus :
Le Chapitre I, de la Création, de la vie et de l'amour
Le chapitre III, les archanges
- L'Hagiographie de l'Archange saint Michel
- Le Droit Canon



_________________




Chapelain de Sainte Galadrielle d'Aubiat
Revenir en haut Aller en bas
 
Essai théologique sur la force des sentiments par Desmonia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» essai zeolithe
» Snoopy, Bouvier Bernois, adoption à l'essai en douceur
» documentaire Arté "la force cachée des plantes"
» [84 Avignon en force] Débute avec un Rio 240...et vous !
» breizh air force ....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine du bon repos :: Bureau du chapelain-
Sauter vers: