Domaine du bon repos

royaumes renaissants
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 hémoragie, plaies, cautérisation, sutures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isaiis Lacourt d'Asceline



Nombre de messages : 502
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: hémoragie, plaies, cautérisation, sutures   Mar 18 Avr - 10:58

Nous allons à présent entrer dans les choses un peu plus sérieuses.

Vous vous êtes tous éraflés un jour et en première année, vous avez vu comment soigner une écorchure.

Trois types de saignements :

-un saignement peu abondant qui s'arrêtera spontanément ou par une simple petite compression. Vous avez vu cela en première année. Vous pouvez aussi utiliser une poudre hémostatique.

-un saignement moyen est peu abondant mais ne s'arrête pas ou difficilement à la compression. Dès que l'on retire cette compression, il reprend. On peut mettre un pansement compressif fait de plusieurs couches de compresses et maintenus par la main Cela peut se faire sur une plaie propre sans corps étrangers ni morceaux d'os. Il peut être complété par un pansement hémostatique. Il faut savoir que certaines plantes ont ces vertus : par exemple la bourse à pasteur, l'ortie piquante, l'achillée millefeuille..... En plus d'être hémostatiques, elles sont coagulantes et cicatrisantes.
Tant que le saignement ne s'arrête pas, continuer la compression sans enlever le pansement mais au contraire en le renforçant. Pensez à surélever le membre afin de limiter l'afflux sanguin.

-enfin l'hémorragie abondante, le sang gicle par à-coups. La technique du pansement compressif est à privilégiée et si cela n'est pas possible et dans le cas d'un membre, appuyer en amont pour comprimer l'artère. La pose du garrot n'est possible que sur un membre. Lors de la dissection vous avez pu en observer. Pour certaines artères coupées, sachez qu'il vous sera très difficile d'endiguer le flux et que bien souvent, cela mène à la mort. Les égorgeurs le savent bien......[/color]

Le risque hémorragique est loin d’être négligeable dans les plaies qui présentent une certaine extension et dans les amputations. Voici différentes méthodes utilisées de tout temps

Hippocrate emploie du cérat à la poix. Celse recommande de remplir la blessure de charpie sèche en posant par-dessus une éponge trempée dans l’eau froide ou dans le vinaigre (oxycrat) et si "Si l'hémorragie ne cède pas il faut saisir les vaisseaux qui laissent échapper le sang, faire deux ligatures à l'endroit de la blessure et couper ce qui est renfermé entre ces deux ligatures (...) on peut [également] les brûler avec un fer rouge (...) [ou même] appliquer des ventouses sur la partie opposée pour déterminer le cours du sang vers cet endroit" (Livre V, Chap. XXVI, § 21).


Bon...... ces traitements peuvent paraître un peu..... archaïques. (hrp : hum, c'est l'hôpital qui se moque de la charité là, n'est-ce pas)

De nos jours (Moyen Age) : on peut retenir 5 méthodes

-compression du vaisseau avec la main ou des étoupes imbibées de blanc d’œuf et de vin chaud
-application d’hémostatiques
-cautérisation des plaies
-ligature des vaisseaux. Ce procédé est peu utilisé (hrp : généralisation qu’à partir du XVIII)
-suture de la plaie qui est le procédé le plus classique

Les hémostatiques sont employés depuis longtemps. Hippocrate utilise du lait de figuier, de la présure ou du cérat de poix. Celse emploie une vingtaine de substances, certaines d’origine végétale comme l’acacia, l’aloès, la gomme (arabique ou ammoniaque), le vin, le vinaigre, d’autres d’origine minérale comme l’alun, les scories de fer et de cuivre….

De nos jours la pharmacopée est riche en substances hémostatiques et tous les chirurgiens les emploient avec des variantes individuelles. ON peut noter que se retrouvent presque tout le temps : alun de roche, charte bombycine, encens, farine folle, momie, sang-dragon.

Parmi les très nombreuses formules proposées, je vous donne à titre d’exemple deux poudres hémostatiques

Celle de Guillaume de Salicet : aloès, alun de roche, bol d’Arménie, charte bombycine brûlée, encens, farine folle, gomme adragan, momie, poudre de brique bien cuites, sang-dragon, terre sigillée, toile d’araignée. Toutes ces substances sont broyées, filtrées et on on ajoute œuf et safran.
Poudre rouge de Guy de Chauliac : aloès, bol d’Arménie, encens, galles frites, mastic, poils de lièvre découpés, sang-dragon

Les cautérisatifs est un remède qui provoquent sur la peau le même effet que les cautères. Ils sont plus énergiques, ils sont souvent corrosifs (en particulier l’arsenic, la gentiane). Les chirurgiens distinguent plusieurs degrés dans l’activité des ces remèdes. Les plus faibles sont les corrosifs simples puis viennent les putréfactifs, les caustiques, les escharrotiques, les ruptoires et les cautérisatifs.
Le remède caustique, escharrotique et ruptoire est celui qui rompt et brûle le cuir, la chair et leur complexion. IL gâte et mortifie et réduit en charbon sans grande douleur. (Guy de Chauliac)

Il s'arrêta un instant laissant ses élèves prendre des notes. S'il y avait des mots difficiles ou qu'ils ne comprenaient pas, il se dit qu'ils sauraient le lui demander. il sortit quelques longues tiges en fer et d'autres en bois au bout métallique.

On peut aussi cautériser avec un fer rouge est ce bien ou pas, ce sera à vous de voir.

Pour se faire ,voici ce que l on appelle des cautères que l on fait chauffer fortement avant de l appliquer sur la plaie.

[hrp : ne pas s'occuper du maillet, il n'est pas là pour assommer]

Une série de divers outils: différents cautères, lancettes, scie curette, aiguilles, pince, maillet (tête en buis et manche en frêne).

Comme vous le voyez il y en a de plusieurs sortes.
Le dessin du fer en embout varie en fonction de l’endroit où il devra être appliqué : il pouvait être en forme de vésicule, de lame ou pointu , ce sera à vous de juger et d utiliser la cautère qu'il faut. Je vous conseille pour en avoir toujours un de chaud d'en utiliser deux à chaque fois. Pendant qu'un cautérise, l'autre est dans le brasier.


Spoiler:
Très globalement, la médecine médiévale repose sur l’application de différents onguents et cataplasmes Il est nécessaire de faire sortir le mal en faisant suppurer la plaie avant de la faire cicatriser, même si celle-ci est suturée. En cas d’échec des remèdes, on pratique la cautérisation ou l’amputation du membre concerné quand cela est possible…
Toutefois, ne nous trompons pas, la médecine médiévale conduisait assez souvent, par manque d’asepsie, au tétanos ou à la gangrène, et de fait à la mort du patient.
Revenir en haut Aller en bas
Isaiis Lacourt d'Asceline



Nombre de messages : 502
Date d'inscription : 05/09/2016

MessageSujet: Re: hémoragie, plaies, cautérisation, sutures   Dim 23 Avr - 9:53

Continuons...

Dans cette malette, vous voyez également l'aiguille courbe pour les sutures.

Passons donc à la couture. Tout d'abord un petit avertissement c'est un peu plus "technique" que les autres...

C'est à Hippocrate que l'on doit la notion de suture et Galien utilisait de fines cordes pour celles-ci. Je vous expliquerai aussi en fin de cours une étrange méthode utilisée avec des fourmis. De nombreux matériaux furent utilisés : boyaux ou tendons séchés, bandes de peau d'animaux, crins de chevaux, cheveux de femmes, fibres de bouleau, lin, chanvre, herbes diverses......Il faut attribuer aussi à Al RAzi (9ème siècle) la découverte des propriétés résorbables des fils faits en boyaux d'animaux.

L'école de Bologne a largement propagé la nécessité d'avoir une plaie propre, nettes, sèche pour qu'elle cicatrise correctement et sur la nécessité d'utiliser des éponges imbibées d'opium pour diminuer la douleur.


[/b]
--- Le matériel ---




Les outils utilisés (quand la plaie n'est pas délabrée) essentiellement sont donc l'aiguille en bronze, qui peut être légèrement recourbée, le porte aiguille, une pince courbe de petite taille, une paire de petits ciseaux, un rasoir et du fil. Ce fil peut être d'origine animale ou végétale comme le lin, ou encore la soie.

Les points de suture s'effectuent après une préparation destinée à nettoyer et à désinfecter une plaie

L'affrontement des bords de la plaie doit se faire avec minutie. Le serrage doit lui aussi être modéré mais ferme tout de même.

La première chose à envisager avant de recoudre une plaie, c'est de l'examiner soigneusement car les techniques sont différentes selon les cas de figure : où se situe-t-elle ?
Est-elle isolée ? Quelle est sa profondeur ? sa taille ? Est-ce une plaie franche ? A quoi est-elle due ? (une lame, un corps étranger, une morsure importante d'un animal ?
Est-elle hémorragique ?

Ensuite il faudra la nettoyer et bien sûr vous ne pratiquerez pas une suture avec du matériel ou des mains sales.

Nous allons parler rapidement des mesures d'hygiènes...

Pour le petit matériel métallique, on va le passer rapidement à la flamme. Et attendez ensuite quelques instants avant de procéder, vous n'êtes pas là pour brûler votre blessé...
On peut aussi leur faire prendre un bain dans un liquide désinfectant.

Mais ne reposez pas sur la table le matériel que vous avez passé à la flamme... sinon ça n'aura servi à rien...


--- Nettoyer une Plaie ---


[b]Tout d'abord pour la désinfecter, vous pouvez utiliser, huile de thym, teinture d'ail, si vous êtes dans l'urgence et n'avez rien d'autre sous la main un alcool fort... mais votre malheureuse victime risque de ne pas trop apprécier... Il y a bien sur beaucoup d'autres produits utilisables pour nettoyer une plaie, mais on ne va pas tous les citer ici.

Puis il va falloir nettoyer la plaie...
voire l'explorer, pour s'assurer qu'elle ne contient pas de corps étranger...
et éventuellement "l'éplucher"... S'il y a un début d'infection, nous verrons cette partie dans un autre cours. Donc on suture une fois que tout est "propre"

Revenir en haut Aller en bas
 
hémoragie, plaies, cautérisation, sutures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» plaies sur colisa lalia
» Petite "plaies" bizare.
» plaies- tête
» convention 2009 numérisation des scénarios et parution sur le blog
» Plaies nécrosées suspectes sur mon pleuro mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine du bon repos :: Cabinet médical :: Cabinet médical-
Sauter vers: